Quelques réflexions sur l'Intelligence Opérative®

Un article rédigé par Emmanuel de Romémont, co-responsable du Certificat Stratégie, leader & leadership.

Photo du jeu de go Certificat Stratégie leadership et Leader

Photo certificat Stratégie Leader et leadership - jeu de go

Concevoir et mettre en œuvre des stratégies : Réflexions sur l’apport de l'Intelligence Opérative®

 

L’Intelligence Opérative®, un outil prometteur, au service de la gestion de la complexité et de la construction de l’avenir.

Répondant au besoin d’aligner de façon structurée, performante et continue (i.e. sur tous les horizons de temps) la conception et l’opérationnalisation de stratégies, l’Intelligence Opérative® est née d’une expérience, celle d’un soldat engagé dans la planification et la réalisation d’opérations complexes; d’une exigence, celle d’un pédagogue confronté au défi d’enseigner, de former à l’agilité stratégique; et d’un idéal, pouvoir sortir à la fois de modes de penser trop linéaires et éviter la “tragédie des horizons(1)”.

Par son aptitude à embrasser toutes les dimensions des problèmes stratégiques, l’Intelligence Opérative® s’impose à la fois en tant que finalité, concept, et praxis, mais également en tant que faculté. Facteur clef pour les organisations et structures cherchant de nouvelles manières de penser et d’agir sur leur écosystème respectif, cette aptitude essentielle, de nature plutôt cognitive, peut s’enseigner et ce même dans un temps relativement court.

Matrice pédagogique innovante, l’Intelligence Opérative®, si bien pratiquée et donc bien enseignée, s’impose en effet comme un démultiplicateur de cohérence, d’efficacité et d’impact, un outil performant de gestion de la complexité et de construction de l’avenir. L'expérience vécue dans le cadre du Certificat Stratégie, leader & leadership porté par le département formation continue de Dauphine en est l'illustration.

« La connaissance d’un tout demande non seulement des éléments qui composent ce tout, mais aussi celle des actions et des rétroactions qu’il y a sans arrêt entre les parties et le tout quand ce tout est actif, quand il est vivant, quand c’est un tout social, un tout humain ». Edgar Morin « Penser global »

L’Intelligence Opérative® répond au besoin de garantir, sur tous les horizons de temps, cohérence et adaptation, tant dans la conception que dans la mise en œuvre des stratégies.

 

 

Maîtriser et gérer, dans des environnements internationaux, des projets et des opérations complexes fut mon métier au sein des armées françaises et notamment lors des quatre années passées à la tête du Commandement Pour les Opérations Interarmées. Dans ce poste, j’ai été conduit à maîtriser et enseigner « l’art opératif », cet art de traduire en actions pertinentes les orientations stratégiques adoptées, une aptitude essentielle dans l’organisation de systèmes humains complexes. L’opératif est, en effet, comme le précise le Littré, “ce qui est sources d’actes”, ce qui permet de combler les écarts souvent observés entre Penser, Décider et Agir, de mieux gérer la complexité des systèmes dans lesquels nous évoluons.

Maîtriser cette aptitude permet donc d’optimiser la cohérence entre les choix stratégiques et leurs mises en action. Mais peut-on s'approprier cette aptitude si particulière ? Peut-on réellement gagner en agilité, qualité essentielle pour “agir en stratège" et garder ce juste équilibre entre “audace et prudence(2) ? Et, question corollaire, peut-on l’enseigner et, de préférence, dans un temps court ? C’est en écho à tous ces questionnements qu’a émergé “l'Intelligence Opérative®.

L’Intelligence Opérative®, une façon innovante d’approcher la conception et le développement des stratégies

 

Penser Intelligence Opérative, la développer au sein d’une organisation répond tout d’abord à une finalité(3): aligner, de façon continue et structurée, conception et exécution des stratégies. En d’autres termes, l'intelligence opérative a pour objectif de mieux lier, sur tous les horizons de temps, la conception et la mise en œuvre des stratégies, tout en optimisant l'utilisation des ressources requises et en réduisant le temps requis pour atteindre les buts définis. En ce sens, l’Intelligence Opérative permet bien de “classer et de hiérarchiser les événements, puis de choisir les procédés les plus efficaces” comme l’évoquait le Général André Beaufre dans la définition qu’il fait de la stratégie dans son livre Introduction à la Stratégie(4).

Mais l’Intelligence Opérative peut être également présentée comme un concept(5), reposant en l'occurrence sur trois exigences : Approfondir la connaissance des dynamiques sous-jacentes, Optimiser l’intégration des différents champs d'action et des parties prenantes associées, Garantir la convergence des actions conduites, En d’autres termes, être “Opérativement Intelligent” permet à la fois de garantir que l’exécution reflète précisément les décisions stratégiques et de pouvoir ajuster la stratégie en fonction des retours sur l'exécution.

L’Intelligence Opérative®, en tant que praxis

L’ Intelligence Opérative® peut aussi se définir comme une praxis(6), c'est-à-dire comme une manière générique de penser la transformation d’un environnement, d’un système. Au travers d’interactions et de pratiques innovantes, d’approches systémiques, la pratique de l’Intelligence Opérative invite en premier lieu à mieux appréhender les dynamiques sous-jacentes, à ajuster les flux d'information, façonner les champs d'action, faciliter les prises de décision

Elle permet aussi d’architecturer et de piloter l'exécution, tout cela en exploitant pleinement les effets de levier identifiés comme pertinents, de réduire dans toute la mesure du possible les écarts entre Penser, Décider et Agir. L’Intelligence Opérative® permet en effet de formuler une stratégie bien articulée produisant avec créativité, pragmatisme et discipline, les résultats escomptés, alignant de fait, réflexion, prise de décision et conduite de l'action avec une conscience, une cohérence et une agilité accrues

Penser et Agir avec l’Intelligence Opérative® en toile de fond rendent donc possible d’associer maîtrise des mouvements, optimisation des ressources utilisées et réductions des délais. Ainsi, faire preuve d’intelligence opérative, permet de “projeter la pensée et l’action, dans le temps et dans l'espace”, l’objet même de toute stratégie selon les termes du Général Fievet, expert APM(7).

 

L’Intelligence Opérative®, une faculté qui peut s’enseigner

L’Intelligence Opérative® peut enfin se définir comme une faculté(8), à savoir l’aptitude à concevoir une stratégie et à opérationnaliser son exécution de manière agile, cohérente et efficace, avec des flux d'information ajustés, une pensée systémique appliquée et une intelligence collective renforcée. Combinant plusieurs savoirs et savoirs faire, cette faculté peut s’enseigner, notamment par des mises en situation bien pensées. C’est tout l’enjeu des innovations pédagogiques spécifiquement conçues et qui, mises en pratique dans des cadres très différents, permettent, dans un temps court et au travers d’une structuration en 8 clés(9), une acculturation progressive et très efficace au mode de raisonnement proposé. Cela a été clairement démontré lors de la première édition du Certificat Stratégie leader et leadership porté par le département formation continue de Dauphine.

Pratiquer l’Intelligence Opérative® revient donc à ajouter au système organisationnel concerné de l’intelligence, au sens Inter legere, c'est-à-dire optimiser les mises en relation et différentes interactions, interconnexions que connaissent en interne et en externe toutes les organisations humaines, et le faire dans une juste temporalité, selon une logique de cycles et non de façon linéaire. Et c’est là que l’on peut trouver un parallèle avec les conceptions orientales de la stratégie, et notamment avec la culture stratégique chinoise.

Vers une nouvelle matrice pédagogique

On l’aura compris, l’Intelligence Opérative® ne saurait donc être considérée comme un dogme, ni comme le fruit d’une pensée rationnelle et linéaire. Elle se définit plutôt à la fois comme un filtre, celui au travers duquel l’acteur stratégique peut voir dans toutes ses dimensions l’objet sur lequel il travaille et son environnement; et comme un fluide, celui qui permet de relier conception et exécution en particulier, de garantir une cohérence entre les différents horizons de temps.

Pour résumer, nous dirons que l’Intelligence Opérative® peut être, pour une organisation, ce qu’est, dans la médecine chinoise traditionnelle, pour l’être humain, l’énergie, au sens où celle-ci implique et irrigue à la fois le corps (Soma), l’âme (Psyche) et l’esprit (Pneuma), permettant ainsi d’optimiser et d’harmoniser la croissance de l’individu concerné.

En d'autres termes, dans le cadre du fonctionnement d’une organisation, l’Intelligence Opérative®, si bien enseignée et dûment pratiquée, peut s’imposer à la fois comme un outil performant de gestion de la complexité et de construction de l’avenir, un démultiplicateur de cohérence, d’efficacité et d’impact, un détecteur d’incongruités, celles qui jalonnent le fonctionnement de toutes les organisations humaines, et enfin, dans les cursus visant à former toute personne en situation de responsabilité de la conception et à la mise en œuvre de stratégies, comme une matrice pédagogique de qualité.

L’Intelligence Opérative® au service de la résilience collective

S’appuyant sur une définition relativement large de la résilience (entendue comme la capacité à naviguer sous pression, à relever les défis au quotidien comme dans la durée et à croître), les nombreuses formations réalisées dans le cadre de l’Entreprise Sociale et Solidaire REND-FORT ont confirmé la cohérence de l’Intelligence Opérative®dans les dispositifs de renforcement de la résilience des organisations.

Dans les travaux conduits sur ces sujets, et notamment sur la notion de “capital résilience” d’une organisation, l’Intelligence Opérative® s’impose en effet comme un levier déterminant. Celle-ci vient logiquement compléter les 6 critères généralement identifiés(10)pour qualifier le niveau de résilience collective : 1) la conscience de soi, 2) l’autorégulation, 3) l’optimisme, 4) la force de caractère, 5) la connexion aux autres, et 6) l’agilité.

L’Intelligence Opérative® permet de fait un travail de renforcement concret sur l’aptitude qu’ont les organisations humaines à retrouver et maintenir un équilibre, à progresser et croître, et surtout à se réajuster à bon escient et à se réadapter. Cet apport est d’autant plus pertinent en matière de développement durable et de gestion de crise. A la gestion dite «classique» des crises qui tend à traiter les symptômes et les dégâts, l’Intelligence Opérative® oppose une vision par les effets qui vient, pour conclure, renforcer le pouvoir d’agir de tous les acteurs et garantir une plus grande cohérence dans l’évolution des différents systèmes concernés.

Compléments d’informations :

(1) L’expression “tragédie des horizons” a été formalisée par Mark Carney, ancien gouverneur de la banque d’Angleterre, dans un discours prononcé en 2015 et que le lecteur pourra retrouver sur le lien (50) Breaking the tragedy of the horizon - speech by Mark Carney - 29/09/2015 - YouTube. Cette expression fait écho à la notion de tragédie des communs mis en lumière par le philosophe grec Aristote : « Ce qui est commun à tous fait l'objet de moins de soins, car les Hommes s'intéressent davantage à ce qui est à eux qu'à ce qu'ils possèdent en commun avec leurs semblables. Le concept fut développé dans un essai écrit en 1833 par l'économiste britannique William Forster Lloyd, qui utilisa un exemple hypothétique des effets d'un pâturage non réglementé sur des terres communes en Grande-Bretagne et en Irlande L'expression fut ensuite popularisée par un article éponyme du biologiste Garrett Hardin paru dans Science en 1968, intitulé “The Tragedy of the Commons”.

(2) “L’art d’être tantôt très audacieux et tantôt très prudent est l’art de réussir.” Napoléon 

(3) La finalité est ce qui constitue le but de quelque chose, conformément à une loi naturelle ou à une intention humaine. 

(4) “La stratégie ne doit pas être une doctrine unique, mais une méthode de pensée permettant de classer et de hiérarchiser les événements, puis de choisir les procédés les plus efficaces” Général André Beaufre Introduction à la Stratégie

(5) Un concept est une représentation abstraite et générale, objective, et stable d’une chose concrète ou abstraite. 

(6) Une praxis est une manière générique de penser la transformation d’un environnement. 

(7) “La stratégie est l’art de projeter la pensée et l’action, dans le temps et dans l’espace », Général Fievet, expert APM

(8) Une faculté est une aptitude naturelle ou acquise à concevoir, à sentir, à accomplir ou à produire quelque chose. 

(9) La méthode proposée dans la cadre des formations à l’Intelligence opérative® s’appuie sur 8 clefs Clef 

  • 1 - Qualifier le problème stratégique posé Clef 

  • 2 - S’approprier le cadre stratégique Clef 

  • 3 - Ajuster perspectives et prospective Clef 

  • 4 - Ouvrir les possibles Clef 

  • 5 - Définir l’intention stratégique Clef 

  • 6 - Décider des effets à atteindre Clef 

  • 7 - Consolider les lignes d’engagement Clef 

  • 8 - Réajuster à bon escient et se réadapter

(10) Penn University (USA) notamment.

A propos de l'auteur 

Emmanuel de Romémont, Général de Corps Aérien (2S), Consultant, Enseignant, Fondateur et Directeur exécutif de l'initiative Plus d'Eau pour le Sahel/Water & Environment Project Architects, Président fondateur de l'ESS Rend Fort 

En savoir plus sur le Certificat Stratégie, leader & leadership